Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maison d’Évelyne est un Domaine champêtre en activité depuis 1993.					 Située sur un site enchanteur au pied duquel coule la rivière Salvail. 				       Nous vous y accueillons pour tout style de réception, dans un cadre champêtre, intime, romantique, simple et chic le tout emprunt d'une touche de magie. Il nous fera plaisir de vous recevoir dans ce superbe décor inattendu pour la région. 								Plus d'informations sur le site : www.maisondevelyne.ca

La Maison d'Évelyne au Jardin

La Maison d’Évelyne est un Domaine champêtre en activité depuis 1993. Située sur un site enchanteur au pied duquel coule la rivière Salvail. Nous vous y accueillons pour tout style de réception, dans un cadre champêtre, intime, romantique, simple et chic le tout emprunt d'une touche de magie. Il nous fera plaisir de vous recevoir dans ce superbe décor inattendu pour la région. Plus d'informations sur le site : www.maisondevelyne.ca

Le Sapin et son histoire

com

Ce geste que beaucoup d’entre nous répétons années après années, pour notre plaisir, pour celui de nos enfants, pour la tradition, s’aviez-vous que son origine remonte à bien longtemps, bien avant la fameuse naissance du Christ. Temps où l’on vénérait les arbres car ils représentaient le lien entre le ciel et la terre avec ses racines si profondément liées à la  « Mère nourricière » Terra Mater ou  la Terre Mère. Principalement dans les pays Celtes durant la saison froide, pour le rite du solstice d’hiver un arbre était ramené dans ou près de la maison et on le décorait avec des noix, du blé, du tissu ou autres, pour l’honorer. Ce fut souvent le sapin ou un épineux qui fut choisi avec sa particularité de rester vert durant les mois sombres et froids, il restait ainsi le lien avec les saisons plus douces et faisait figure d’espoir et de vie.

Pour les Celtes  le 24 décembre était considéré (une date qui vous dit peut-être quelque chose) comme la renaissance du soleil, car les celtes avaient adopté un calendrier qui se basait sur les cycles lunaires. A chaque mois lunaire était associé un arbre, l'épicéa fut celui du 24 décembre.

Plus tard vers 354 l’Église s’en est mêlée Il fallait éradiquer ou transformer cette pratique païenne. Elle décida de renouveler cette symbolique en en faisant, d'abord dans les pays germaniques, l'arbre de la naissance du rédempteur.

Elle institue la célébration de cette naissance le 25 décembre, pour rivaliser avec cette fête païenne, car au début la célébration de Noël se résumait à la messe de la nativité.

On raconte qu'un moine évangélisateur Allemand de la fin du VIIe siècle, Saint Boniface (né en 680), voulait convaincre les druides germains, des environs de Geismar, que le chêne n'était pas un arbre sacré. Il en fit donc abattre un. "En tombant, l'arbre écrasa tout ce qui se trouvait sur son passage à l'exception d'un jeune sapin". 

A partir de là, la légende fait son œuvre. Elle raconte que Saint Boniface a qualifié ce pur hasard de miracle, et déclaré dans sa même prédication : "Désormais, nous appellerons cet arbre, l'arbre de l'Enfant Jésus." Depuis, on plante en Allemagne de jeunes sapins pour célébrer la naissance du Christ.
 

Au XIème siècle, l'arbre de noël, garni de pommes rouges, symbolisait l'arbre du paradis. C'est au XIIème siècle que la tradition du sapin est apparue en Europe, plus précisément en Alsace. Ou l’on trouve d’ailleurs de splendides forêts de sapins.

On le mentionne pour la première fois comme "arbre de noël" en Alsace vers 1521. Au XIVème siècle, les décorations étaient composées de pommes, de confiseries et de petits gâteaux,
mais celle d'y accrocher des bougies est attribuée à Martin Luther qui ayant eu une « révélation » fit mettre lumières dans les arbres pour symbolisé les lumières de la voute céleste.  A cette même époque, l'étoile au sommet de l'arbre, symbole de l'étoile de Bethleem commença à se répandre. Ce sont les protestants en 1560 qui développèrent la tradition du sapin de noël pour se démarquer des catholiques.

 
Au XVIIème et XVIIIème siècle apparaissent les premiers sapins illuminés. On utilisait des coquilles de noix remplies d'huile à la surface desquelles des mèches flottaient ou des chandelles souples nouées autour des branches.

C'est en 1738 que Marie Leszczynska, épouse de Louis XV, roi de France, aurait installé un sapin de noël dans le château de Versailles, mais la coutume n'a été reprise que plus tard.

L'arbre de Noël fut introduit à Paris, en 1840, par la princesse Hélène de Mecklembourg, duchesse d'Orléans, et favorisé plus tard par l'impératrice Eugénie. Cette même année, le prince Albert, époux de la reine Victoria, l'introduisit au palais royal de Buckingham, à Londres, et le mit en honneur dans l'aristocratie et la bourgeoisie anglaise

L'introduction au Québec a été plus précoce qu'en France. Cette tradition fut introduite dès 1781 par les mercenaires allemands et en particulier le major général Von Riedesel, des troupes de Brunswick et son épouse. Il planta, à Sorel, le premier sapin de Noël nord américain.Sapin.jpg

Cette coutume se répandit ensuite mais en se limitant toutefois à la classe bourgeoise. À partir de 1920 cette pratique commença à se généraliser dans les grands centres urbains. En milieu rural cependant, le sapin décoré ne devint une réalité familière qu'au cours des années 1930.


Première mention écrite du « sapin de Noël » à Sélestat en Alsace en1521 dans un document qui est  conservé à la Bibliothèque Humaniste de cette ville. Il est question dans un livre de comptes d’une dépense de 4 shillings pour payer des gardes forestiers chargés de surveiller les arbres dans les forêts municipales... et d’une amende infligée à quiconque coupera les-dits sapins de Noël

Au Canada, où la production du sapin de Noël est concentrée, quelque 300 entreprises spécialisées dans la production cultivent annuellement plus de 110 km² d'arbres de Noël. Ces arbres qui ne sont plus des Sapins ( Abies) mais des Épinettes (Picea) car leur culture et rapidité de pousse ont beaucoup plus rentable. La récolte atteint deux millions d'arbres. Cette production génère des revenus évalués à 30 millions de dollars, selon le ministère de l'Agriculture du Québec. Mais depuis quelques années, la production d'ornements dérivés du sapin de Noël prend de plus en plus d'ampleur. Selon Statistique Canada, le Canada en exporte pour 47,7 millions de dollars. On est loin de l’amende a payer en cas de coupe….

J’espère que ces quelques informations vous permettrons de regarder votre sapin de Noel avec un autre regard en vous souhaitant un très Joyeux Noel et un doux temps des fêtes

Print
Repost

Commenter cet article