Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Maison d’Évelyne est un Domaine champêtre en activité depuis 1993.					 Située sur un site enchanteur au pied duquel coule la rivière Salvail. 				       Nous vous y accueillons pour tout style de réception, dans un cadre champêtre, intime, romantique, simple et chic le tout emprunt d'une touche de magie. Il nous fera plaisir de vous recevoir dans ce superbe décor inattendu pour la région. 								Plus d'informations sur le site : www.maisondevelyne.ca

La Maison d'Évelyne au Jardin

La Maison d’Évelyne est un Domaine champêtre en activité depuis 1993. Située sur un site enchanteur au pied duquel coule la rivière Salvail. Nous vous y accueillons pour tout style de réception, dans un cadre champêtre, intime, romantique, simple et chic le tout emprunt d'une touche de magie. Il nous fera plaisir de vous recevoir dans ce superbe décor inattendu pour la région. Plus d'informations sur le site : www.maisondevelyne.ca

Le Raifort

com

Il s’agit d’une plante potagère originaire de l'Europe orientale.

Le raifort (Armoracia rusticana, famille des crucifères) est consommé en Europe depuis les temps anciens. On retrouve même des mentions de cultures dans l'Antiquité. Selon la mythologie grecque, Apollon Oracle de Delphes dit que le raifort valait son pesant d'or. Le raifort était connu en Egypte en 1500 avant J.-C. L'origine du nom de genre botanique Armoracia, qui a été utilisée par les botanistes européens pour le raifort et ceci depuis le Moyen Âge, est plutôt sombre. On parle d’une possible connexion à la tribu celte des Armoricains, mais il n'est pas facile de trouver un lien historique.

Le mot «raifort» vient du vieux français raiz (du latin radix), et de «fort», et signifie «racine forte» qui est apparu dans la langue Française au XVème siècle. Il est mentionné dans l'Exode de l'Ancien Testament comme faisant partie des herbes amères de la Pâque juive. La plante est considérée comme provenant de la Méditerranée orientale et d’Europe de l’Est ou il était cultivé au XIIème siècle, et est maintenant largement cultivé en Europe centrale et Europe de l'Est ainsi qu’en Amérique du Nord (60% de la production mondiale viendrait de l’Illinois). On le trouve aussi couramment à l’état sauvage.

IMG_4762.JPG 

Propriétés médicinales

Il fut d'abord populaire en Europe centrale et en Allemagne, puis en Scandinavie et en Angleterre. D'ailleurs, en France, on nomme souvent le raifort «moutarde des Allemands». Le raifort était réputé pour ses vertus curatives au Moyen Âge. Ce n'est que depuis la fin du XVIe siècle que le raifort est apprécié pour ses vertus culinaires. Le raifort contient plus de vitamine C que l'orange (soit 79,31 mg de vitamine C par 100 g) c'est pourquoi les marins Européens l'utilisaient souvent pour se prémunir contre le scorbut. Il contient du potassium, du calcium, du magnésium et du phosphore, ainsi que des huiles volatiles, telles que l'huile de moutarde. Il est entre autre réputé pour être antiscorbutique, stomachique, expectorant, diurétique, antispasmodique, antibiotique, cholagogue, purgatif.

 

Recette d'un sirop que, personnellement, je fais chaque automne pour mieux passer l’hiver.

Racines lavées, brossées et séchées (Je les laisse sur un égouttoir durant une nuit)

Un bocal de verre dans lequel je vais mettre les racines coupées en petits tronçons et que je couvre de miel crémeux (bio de préférence) Poser dessus un couvercle sans être hermétique, pour protéger des « bibittes »

Au bout d’une semaine le miel va commencer à se liquéfier, laisser encore macérer 3 semaines, puis filtrer et mettre en bouteilles. Se conserve de préférence au frais. A consommer au besoin (5 à 10 ml 3 à 4 fois par jours), dans le cas d’enrouement, de toux, de bronchite, de fatigue.

Bon aussi pour l’arthrite et l’insuffisance hépatique. A prendre alors en cure 3 fois par jour (5ml) au repas pendant 20 jours.

 IMG_4790.JPG 

Je joindrai une autre photo dans une semaine pour vous montrer la transformation

En cuisine

On peut manger sa racine crue, marinée ou cuite. Elle peut facilement remplacer la moutarde. Habituellement râpée, elle peut être coupé en dés, en julienne ou en tranches. Haché finement, on peut l'incorporer aux sauces, vinaigrettes, soupes, préparations à sandwichs. L’utiliser en sauce pour relever le goût des ragoûts, viandes bouillies, poissons fumés et fruits de mer. Le raifort se marie bien également avec les pommes de terre, les betteraves, le céleri, le panais, le thon, les légumineuses, la sauce aux pommes accompagnant les viandes rôties, la charcuterie et les œufs. L'ajouter à de la crème, au yogourt ou à la mayonnaise adoucit sa saveur et donne de délicieuses sauces.

Les racines peuvent être récoltées à l’automne et mises au frigo ou elles se conservent plusieurs mois (pour ceux dont le sol gèle fort en hiver)

Au printemps on peut utiliser les jeunes feuilles qui sont mangées crues, coupées et mélangées avec une salade verte.

 

La culture

Le Raifort est une plante vivace dans les  zones de rusticité 5 à 9 et peut être cultivée comme une annuelle dans les autres zones, mais n’aura pas autant de succès que dans les zones ou l'hiver est assez froid pour lui assurer sa dormance. La racine principale est récoltée au plus tôt après la floraison et le mieux restant l’automne. En divisant la plante vous éviter souvent une trop grande propagation car laissé à lui même dans le jardin il se propage via les pousses souterraines et peut devenir vite envahissant. En laissant vieillir les racines elles deviennent ligneuses, après quoi ils ne sont plus à utiliser en cuisine mais restent utilisable pour les potions. 

 IMG_4764.JPG

Personnellement nous l’utilisons mélangé avec de la mayo pour accompagné la viande, dans des sandwichs, ou avec du riz, des pâtes et j’en passe c’est divin mais attention le raifort et le wasabi sont de même style de goût quand on n’a pas l’habitude y aller modérément car cela peut surprendre.

Bon appétit et bon hiver car, si bien accompagné, celui-ci sera plus facile.

Un excellent livre si vous désirez en connaitre plus :      les plantes sauvages médicinales d'Anny Schneider

IMG_4769.JPG

Sinon sur passeport santé dont voici le lien

Print
Repost

Commenter cet article